Deluxe

La 15e édition de Woodstower s’est déroulée les 24 et 25 août derniers au Parc de Miribel Jonage. Ce festival est une réelle évasion avant de reprendre le travail en septembre et les programmations sont vraiment éclectiques.

Cette année encore, (même s’il y avait moins de grosses têtes d’affiches) on a profité de supers prestations (malgré la pluie torrentielle).

Ici un petit extrait de Deluxe. Ils mettent le feu sur scène, ils sautent de partout, motivent le public et la chanteuse… OH MY ! Elle possède une voix extraordinaire. Elle a beau sautiller dans tous les sens, sa voix ne vacille pas, bref c’est un régal.

On a également apprécié le set des The toxic Avenger. Le site de Woodstower décrit parfaitement leur musique électro de : « Dense et violente, la touche Toxic Avenger est la combinaison d’une énergie brute et d’un sens de la mélodie imparable. » I love it ! exemple ici

Aufgang nous en a mis plein la tête. Ces 3 jeunes musiciens ont beaucoup de talent ! Il s’agit là d’une musique uniquement instrumentale (piano / batterie). Leur représentation tient de la performance, aux vues de l’enchaînement de leurs morceaux et de leur dynamisme.

Le set des 2 Many Djs était vraiment sympa et malheureusement on s’est perdu dans le programme (qui a été bouleversé à cause de la pluie) donc nous avons loupé Tambour Battant.

See you next year !

Woodstower

IAM

IAM aux Nuits de Fourvière 2013

IAM aux Nuits de Fourvière 2013

Comme chaque année, les Nuits de Fourvière sont un événement incontournable à Lyon. Durant tout l’été, une multitude de concerts, spectacles, pièces de théâtre se déroulent dans l’amphithéâtre romain de Lyon, sur la colline de Fourvière.

Je rate rarement une année, car la programmation est souvent attractive. Par contre, il faut avoir le clic rapide lorsque la billeterie s’ouvre si l’on veut avoir une chance d’y aller. Et cette année je me suis concentrée sur UN concert, mais THE concert : IAM.

C’est un groupe de rap mythique selon moi. Je ne suis pourtant pas très « rap » à la base, mais c’est juste que, ce que produit notre génération est tout simplement merdique.

IAM (sur la même tendance que Mc Solar selon moi) rape de la poésie. J’ai bien aimé leur dernier album et c’est avec plaisir que je suis allée les voir, avec bien sûr, une clique de copains et mon amoureux.

Le concert était géant et pour une fois, c’est avec fierté que je peux dire que le public lyonnais a su rendre hommage à l’artiste et donc ici aux rappeurs marseillais. 10 minutes de rappel et d’ovation. On voit ici sur la photo que le groupe est assis sur un banc, eh bien il leur était nécessaire pour se reposer ^^

Bref bref bref, j’encourage vivement d’aller les voir en live !

Vidéo

Reperkusound 8ème édition

reperkusound2013

Vidéo de la 8ème édition de Reperkusound 

Chaque année, Reperkusound est l’événement incontournable électro à Lyon. Suivi des Nuits Sonores début mai.
Cette année Reperkusound s’est déroulé le dernier weekend de mars. La programmation était folle, (comme chaque année), j’étais donc forcée de prendre mon Pass 3soirs pour assister à tout cela.
Avant de commencer le WE, il faut faire le plein : de sommeil, de Red Bull ou de caféine, et aussi d’électro pour se préparer psychologiquement à prendre une claque.
Et évidemment, le dernier point à éclaircir avant d’arriver sur place : prévoir son programme pour chaque soirée.

Je vous explique brièvement le principe de Reperku : l’événement se passe au Double Mixte à Villeurbanne, sur le campus de la Doua. Le bâtiment est immense, il est composé de 2 étages. La soirée commence généralement autour des 22h pour finir vers 5h. Tous les artistes s’enchaînent à la fois sur la scène 1 (en haut) et la scène 2 (en bas). Il faut donc prévoir minutieusement son parcours de la soirée : prioriser ses artistes favoris, ou bien se laisser à découvrir des petits nouveaux.
Je vais généralement à ce weekend electro avec mon mec, car on a tous les deux les mêmes goûts en terme d’electro, c’est donc un pur bonheur que l’on partage en amoureux.
Nous n’habitons pas encore en centre ville, donc quant il s’agit du transport, pour nous la voiture s’impose. Ce qui minimise le nombre de bières consommées sur place, et contrairement à une majorité, on se retrouve à Rerperku, sans être défoncé.
C’est un pur bonheur d’assiter à ces concerts, l’énergie qui se dégage du public (un brin jeune et insolent : quel coup de vieux on prend). Les performances des artistes sont magiques et on se défoule en dansant toute la nuit. Bref j’adore.

Soir 1 : Pour moi, la soirée a vraiment commencé dans la salle du haut avec The Bloody Beetroots, plus besoin de présenter ce groupe italien, qui est toujours une pure tuerie en dj set. C’était vibrant, parfait. Je les avais déjà vu 3ans auparavant à Reperku, ma 1ère expérience electro.
Par contre, j’ai été déçue par K12, qui s’est contenté de passer ses morceaux et de lever les bras en l’air. J’attends d’un artiste qu’il performe sur scène pour montrer son adaptation à la scène et au public donc là j’ai été déçue.
J’ai découvert DSL, un groupe éclectique d’electro, hip hop, et j’avoue avoir été décontenancée ^^ mais je me suis bien marrée et ils ont finis par bien nous préparer avant le set des Bloody.

Soir 2 : La grosse attente de cette soirée, c’était Pendulum, on a dû attendre presque 4h du matin, dur dur quand juste avant il y a le live de Netsky. Tout le monde semble avoir aimé, quant à moi je pense que c’est bien facile de passer des morceaux Drum&bass qui ont les mêmes accords pendant 1h30. De la musique pour adolescentes (d’ailleurs Netsky passe sur Fun radio : eurk!) qui a toutefois fait danser bcp de monde… Il en faut pour tous les goûts.
Karlit&Kabok : Je n’ai pas tellement apprécié, car j’ai vraiment l’impression d’entendre une ‘imitation de Stupeflip, groupe que j’adore. Je n’ai pas distingué une patte, une identité propre.
Ma 1ère de la soirée, c’était Scratch Bandit Crew, que j’avais aperçu dans un reportage sur la scène electro lyonnaise, j’avais adoré ce que j’avais vu. Ici j’ai apprécié, surtout le remix de Lux aeterna par Clint Mansell (« Requiem for a dream »).

Soir 3 : Skip the use, que j’avais déjà vu en 1ère partie de Birdy Nam Nam à la Halle Tony Garnier l’année dernière, (à leurs débuts), a su assuré dans un festival électro. On a retrouvé nos goûts rocks et on s’est amusé à les suivre et danser avec eux.
L’apothéose de Reperku #8 était pour moi dans la salle du bas. Merci Yuksek pour ce beau moment, où l’on a pu se libérer et se lâcher, suivi du grand Etienne de Crécy qui n’a plus rien à prouver. Et pour finir  Make the girls dance.

Je vous conseille fortement de découvrir tous ces artistes sur le site de Reperku : www.reperkusound.com

Rendez-vous l’année prochaine pour un autre weekend de folie !